Never Sky t3 Always blue

 

Résumé:

Depuis que la capsule Rêverie s'est effondrée, Sédentaires et Sauvages tentent de cohabiter dans la grotte où ils se sont réfugiés. Mais les ressources s'épuisent. S'ils veulent survivre, il leur faut rejoindre au plus vite le Calme Bleu, le seul lieu encore épargné par les tempêtes d'Ether? Pour cela, Perry et Aria, plus unis que jamais, doivent retrouver Cinder, ce mystérieux garçon capable de contrôler l'Ether, quitte à y laisser leur vie...

Mon Avis:

Aria est rentrée de Rêverie avec une blessure importante au bras. Mais cela ne va pas l'empêché de faire partie de l'équipe de sauvetage de Cinder, kidnappé par Kirra pour le compte de Sable.
Un combat sur soi-même se mets en place notamment pour Roar qui veux venger Liv, lorsque l'équipe rentre dans le Komodo. Sauf que la mission se transforme vite en cauchemars et torture pour certain, lorsque Sable les arrête. Entre trahison, nouveau allié et révélation (non surprenante) le Komodo voit une vendetta ou bien sûr le Seigneur de Sang des Cornans y prend plaisir.
Bien que de retour à la maison (devenu une grotte), la mission Calme Bleu n'est pas abandonné! Même si pour cela il va falloir faire ami-ami avec le redoutable et sanguinaire Sable, et cela au prix d'un grand sacrifice humain que personne n'oublira. Bien que l'objectif atteint non sans peine, notre tyran règne en maître sur sa nouvelle île. Heureusement qu'une micro bande d'irréductible va réussir à le mettre hors d'état de nuire plus longtemps.

Un dernier tome assez triste et un poil moins bien que ses prédécesseurs. Tout ses personnages (Soren mis à part) n'ont pas plus évolué que dans les tomes précédents malgré toute les aventures qu'ils leurs arrivent. Toutefois notre trio Aria/Perry/Roar fonctionne toujours aussi bien et j'envie leur relation.
Je me suis également pris d'affection avec les autres personnages notamment les petits Talon/Clara/Willow et la mascotte des Littorans Flea, et même Soren à gagné mon estime ^^

Citation:

- On doit attendre encore combien de temps, Soren?
- Quand tu m'as posé la question il y a cinq minutes, je crois que je t'ai répondu trois heures.
- Et maintenant?
- Je dirais... deux heures et cinquante-cinq minutes.