La couleur du mensonge (T1)

 

Résumé:

Sage Fowler, seize ans, est une bâtarde recueillie par un oncle riche et respecté. Sa seule chance de s'en sortir ? Faire un beau mariage. Elle se présente donc chez une des entremetteuses chargées de l'évaluation du potentiel de chaque candidat – des femmes qui font et défont les fortunes d'une famille, d'une région, d'un pays tout entier. Mais avec sa légendaire indiscipline et sa langue trop acérée, elle échoue lamentablement. Amusée par son cynisme et son sens aigu de l'observation, la marieuse fait toutefois d'elle son apprentie.
Sage s'embarque donc avec un groupe de beaux partis triés sur le carreau dans un périple vers la capitale. Cette précieuse cargaison est escortée par un bataillon de soldats d'élite qui ne tardent pas à réaliser qu'ils sont sur le point de se jeter dans la gueule du loup : le pays voisin, qui prépare une invasion, s'est allié avec certains des seigneurs locaux, et chaque étape du voyage pourrait bien être la dernière. Spécialiste des missions de reconnaissance, l'un des membres de la troupe recrute alors l'aide de Sage. Mais plus elle avance dans sa mission, plus elle découvre, horrifiée, que tout le monde joue double jeu... à commencer par son recruteur lui-même ! Et, doucement, le piège se referme sur elle…
Identités secrètes, machinations politiques et jeu de dupes passionné, La Couleur du mensonge fait monter les enchères jusqu'à un final surprenant. Le talent de conteuse d'Erin Beaty vous tiendra en haleine jusqu'à la dernière page !

Mon avis:

J’ai complètement accroché à ce premier tome! Qui m’a rappelé dans certains points The Curse (que vous pouvez retrouver chez le même éditeur: Lumen).

Ici les rôles sont inversés, car on ne suit pas Kestrel la fille du Capitaine de la garde Royale, mais Sage apprenti chez la marieuse. Tandis que de l’autre côté on suit le Capitaine Quinn qui va escorter les candidates potentielles au mariage du prince.
Deux points de vue différents au fil des chapitres, et lorsqu’en plus l’un travail sous couverture d’espion, les révélations futures en deviennent un peu confuses.
J’ai aimé le fait que Sage soit une fille un peu badass qui n’en a que faire des convenances, même si elle à été plus ou moins élevée par sa tante pour devenir une demoiselle. Mais notre demoiselle en devenir n’est pas une demoiselle en détresse non loin de là! C’est plutôt le contraire, car elle se révèle être la princesse en armure prête à sauver le Capitaine.

J’attends de voir avec impatience comment nos deux héros vont évoluer parce que ce sont deux têtes de mule! Et vu comment se comporte Sage j’imagine que c’est elle qui aura le fin mot de l’histoire…. (a vérifié dans les deux prochains tomes). En attendant si comme moi vous avez aimé suivre les aventures de Kestrel je vous conseille ce premier tome.