Mémoires d'un Yakuza

 

Résumé:

L'histoire véridique d'Ichi Eiji ou la vie d'un gangster japonais, d'un yakuza telle qu'il la confia à son médecin avant de mourir, à la fin des années 1970. Chef de gang, spécialisé dans les "affaires de jeu" à Tokyo, il raconte avec sincérité son apprentissage, son ascension sociale, ses amours, les tripots de jeu, les assassinats, ou bien comment il se coupa un doigt en signe de repentir. Il confesse coups de main, interrogatoires, prison, nous dévoile les coutumes et les rituels de cette confrérie et nous guide dans le monde souterrain du crime organisé au Japon.

Mon avis:

J'avais envie de me replonger dans la littérature Japonaise et dans le rayon j'ai flashé sur ce titre (un autre aussi mais mon porte-monnaie ne pouvait pas le prendre). Sauf que voilà Saga Junichi est un médecin avant d'être un auteur et j'ai eu du mal avec le début du livre et ces maladies un peu flippantes. Du coup je l'ai mis en stand-by quelques semaines pour mieux le reprendre ensuite.

Ici un suit l'histoire de Ijichi Eiji, depuis son départ de la maison familiale à 15 ans jusqu'à sa mort, le tout raconté ou retranscrit par son médecin traitant. Parce que notre papy Eiji a la langue bien pendue ^^
C'est ainsi qu'on suit son histoire et son ascension petit à petit dans un clan Yakuza.

J'ai beaucoup aimé au final ce roman parce que l'on découvre une énorme différence entre nos habituels yakuzas et LE yakuza décrit ici! Alors maintenant savoir si c'est fictif ou véridique je ne sais pas (je sais qu'il ne s'agit en aucun cas d'une autobiographie!) donc certains points, détails, doivent venir de source sûr mais, comme je n'ai jamais vraiment creusé la piste du samouraï yakuza, savoir comment ils fonctionnaient à cette époque et tout les protocoles..., je ne peux l'assuré à 100%

J'ai passé un bon moment et comme j'ai découvert et bien aimé le style de l'auteur, ma porte reste donc grande ouverte contrairement à Haruki Murakami.