L'or du bout du Monde (T3)

Résumé:

1850. Ruby et son mari James - les descendants des pionniers britanniques venus tenter leur chance en Australie - doivent eux aussi braver bien des dangers pour conquérir cette terre âpre.
James est tenté par la ruée vers l’or. Il entraîne Ruby dans sa vie aventureuse. Bientôt, le jeune femme découvre qu’elle doit s’allier avec Kumasi, une Aborigène, pour s’adapter et survivre dans ce milieu hostile.
Pendant ce temps, de nouveaux arrivants débarquent sur les rives australiennes, dont un pêcheur de baleines tahitien au mystérieux passé, un aristocrate anglais, une maîtresse d’école jeune et naive…
Tous ont le même rêve de réussite. Leurs destinées seront liées à jamais...

Mon Avis:

Enfin! Voilà 3 ans que je suis l’histoire des différentes familles Penhalligan/Cadwallader/Collinson. Oui j’aurais pu et peut-être du lire les 3 tomes les uns dernières les autres parce que beaucoup de détails, notamment l’arbre généalogique qui s’entrecroise entre ses différentes familles, on fait de ce dernier tome un exercice de gym à mon cerveau pour retrouver qui est qui dans quelle famille. Parce que mis à part mamie Nell et Alice des Gratteurs de Lune, ainsi qu’un descendant à Tahiti, les autres j’ai eu du mal à m’en souvenir.
Du tome 1 qui commence en 1768 aux Cornouailles et qui prend fin à Sydney en 1793; 
au tome 2 qui couvre de 1795 à 1812;
et le dernier tome de 1835 à 1856 (avec un Épilogue se passant en 1916 avec une nouvelle génération), voilà deux siècles presque trois de couvert avec plusieurs générations mais un même passé entremêlé de sombre secret, avec des révélations aux compte gouttes.

Ici j’ai pris plaisir à suivre l’histoire de Jessie la nouvelle maîtresse d’école fraîchement débarquée d’Angleterre et qui doit s’adapter à sa nouvelle situation. J’ai également aimé Ruby la petite fille de Nell qui j’ai trouvé, lui ressemblé sur pas mal de points.
Dans ce tome les "chasseurs de têtes noirs" ne sont plus trop présents mais la haine envers eux est tout de même palpable chez encore beaucoup d’individus et on entre aperçois à la fin les descentes faites pour arracher les jeunes à leurs familles afin de les mettre dans les instituts ou missions chrétiennes pour leur laver le cerveau de leurs racines culturelles ancestrales (NB: cela donnera lieu au terme "générations volées").

 

Bilan:

Une trilogie un peu longue mais qui vaut le mérite d’être lue, on apprend plein de choses historiques, même si cela reste un peu romancé. Si vous n’avez pas encore lu du Tamara McKinley je ne peux que vous inviter à franchir le pas et lorsque l’on commence on ne s’arrête pas à un seul de ces romans ;)