La Sirene

Résumé:

Kahlen est une Sirène, vouée à servir son maître l’Océan en poussant les humains à la noyade. Son arme? Une voix fatale pour qui a le malheur de l’entendre…et qui l’oblige à se faire passer pour muette lorsqu’elle séjourne su la terre ferme.
Akinli, lui, est un séduisant jeune homme, qui incarne tout ce dont Kahlen a toujours rêvé.
Alors que leur amour naissant leur fait courir un grand danger, Karlen est-elle prête à tout risquer pour Akinli?

Mon avis:

Une petite pause entre deux tomes, et je dois dire que Kiera Cass ne m’a pas déçu! Après la Sélection (ou son premier roman avant; suivant dans quel ordre on se base, vu qu’il a était traduit après, mais écrit avant). Enfin bref… Kiera Cass ne m’a pas déçu une fois de plus!
On rentre très facilement dans l’histoire au point que l’on a envie de le lâcher qu’à la dernière page, et encore on voudrait même bien savoir la suite de l’aventure de Kahlen!

Kahlen était déjà une belle jeune fille avant d’être repêché par l’Océan lors de son naufrage. Depuis elle "travaille" pour Elle en tant que Sirène, sauf que pour Kahlen tuer des gens c’est très dur! Même si cela fait des années qu’elle le fait, à chaque naufrage la tache n’en est pas plus aisé.
Alors que ses soeurs arrivent à se fondre dans la masse humaine sans aucun souci entre deux "missions", pour notre héroïne le calme et la tranquillité de sa maison lui son plus facile à accepter que de devoir côtoyer des humains où elle risque par inadvertance parler et ainsi sonner leur arrêt de mort. Sauf que voilà sur le campus de Miami (oui notre héroïne sort tout de même de son cocon!) elle fait la rencontre d’Akinli un jeune homme vivant à l’enthousiasme contagieux qui ne la voit pas comme une fille handicapée (car muette). Loin de là!
Sauf que voilà, Kahlen qui rêve de mariage depuis toute petite, ne peut pas se lier avec ce mortel! Surtout que l’Océan est très clair sur ces "enfants", pas de femme mariée ni de mère, car leur amour serait porté pour leur proche et non entièrement pour Elle.
Alors qu’elle essaie de s’éloigner de lui, le gouffre qui les sépare n’en est pas moindre car leur amour réciproque les rapproche d’une manière peu commune.

Voilà une histoire "surnaturelle" qui change un peu, car de la young-lit sur les sirènes ça ne court pas les étagères. De plus étant un roman unique sans suite, comme je l’ai dit en intro, le lire entre deux tomes (s’il y a besoin d’une petite pause) passe comme une lettre à la poste. On s’attache à tous les personnages, qu’il en est même dommage de devoir s’en séparer.